La psychologie Positive

La Psychologie Positive (PP) est une orientation récente en psychologie qui s’appuie sur ”une meilleure compréhension des déterminants du bien-être, de la santé mentale positive et du fonctionnement adaptatif de l’humain face aux réalités du quotidien” (Rebecca Shankland) et met l'accent sur la prévention. Cette approche se distingue de celle du développement personnel en ce qu’elle s’appuie sur le résultat d’expériences scientifiques menées selon les standards les plus rigoureux de la recherche fondamentale. 

Dans la continuité de la psychologie humaniste, la PP croit dans l’ambition de croissance positive des êtres humains et prône la meilleure valorisation du potentiel de chacun(e). Elle propose non pas une persuasion par la pensée mais une modification de l’expérience, non pas de nier les difficultés mais de pouvoir les intégrer et les surmonter. Elle marque un changement de paradigme, en ce que ”l’humain n’est plus réduit à ses dysfonctionnements mais est regardé comme un être en constante évolution dans sa recherche de bien-être et d’épanouissement” (Rebecca Shankland). Au centre du travail entrepris se trouvent donc l’adaptation et la flexibilité,  c’est-à-dire la capacité de résilience, ou comment se (re)mettre sur le chemin de sa vie.

 

La PP est dite ”intégrative” : elle intègre les apports des approches psycho-corporelles, de la psychologie sociale, ou encore de la troisième vague des Thérapies Cognitives Comportementales. La personne est ainsi considérée dans son individualité, mais aussi dans ses relations avec les autres et dans le contexte plus grand dans lequel elle s’inscrit (familial, organisationnel, social, politique).

Cela veut dire que la psychologue peut recourir à des outils d’analyse issus de différents courants théoriques pour analyser chaque situation qui lui est exposée et adapter son approche.

De même, les outils utilisés peuvent donc, selon les cas, puiser dans différents registres : la grande famille des thérapies brèves issues des travaux de l'école de Palo Alto et de Milton.H.Erickson, les techniques psycho-corporelles, la méthode ACT etc.

 

Concrètement, les interventions menées dans le cadre de cette école sont :

  • ”actives » : la psychologue échange en permanence avec le/la patient/e. Cet échange collaboratif doit permettre tout d’abord l’accueil bienveillant et neutre de la demande, puis l’identification et la verbalisation des objets en jeu, et enfin la mise au travail en fonction des objectifs définis.

  • ”orientées solutions” : la psychologue renseigne le/la patient/e, lui propose des techniques et astuces dans le respect de son rythme ; elle a moins l’ambition de rechercher les causes supposées d’un ‘dysfonctionnement’ postulé que de mettre en évidence aux yeux du/de la patient/e les ressources personnelles dont il/elle dispose pour trouver ses propres solutions adaptatives face aux défis qu’il/elle doit relever dans sa présente période de vie.

  • ”brèves” : la psychologue cherche à susciter l’autoréflexivité et l’ouverture à de nouvelles perspectives ; elle encourage l’autonomie de la personne également vis-à-vis des intervenant(e)s de santé. Les séances sont donc espacées ou interrompues dès que le/la patient/e se sent prêt(e) à le faire, c’est-dire se considère (de nouveau) comme un(e) acteur/trice en mesure d’analyser, d’interpréter et de réagir aux situations qu’il/elle vit, sur un mode conscient, créatif et spontané, et de produire une réponse adaptée à la fois aux exigences de son environnement et à ses propres nécessités et besoins.

 

Durée et prix des séances: la consultation dure de 50 à 90 minutes. Le tarif de base est de 65 euros; il peut être modulé en fonction de la durée.