Qu'est-ce qu'est le Kundalini Yoga ?

Commençons par expliquer rapidement ce qu'est le Yoga

  • Quelle est l’origine du Yoga ?

Le Yoga est né dans la péninsule indienne il y a environ 2 500 ans si l’on prend comme repère l’écrit Yogique le plus ancien, le ”Yoga Upanishad”. Les "Upanishad", qui font partie du "Vedanta", sont des développements de textes encore plus anciens, les "Veda" (”livres de la connaissance”; datés de -1500 à - 600), dans l’autorité desquels la majorité des hindouistes ont foi.

L’hindouisme se présente en effet comme un ensemble de concepts philosophiques nés d’un syncrétisme entre l’animisme des populations antiques de la vallée de l’Indus et les traditions de peuples indo-iraniens qui migrent dans cette région au cours du IIème millénaire avant notre ère. Il fut un vecteur de toutes les sciences, de la médecine ayurvédique notamment, et se présente encore aujourd’hui comme un ensemble de croyances et pratiques non homogènes. 

Un autre texte de référence pour le Yoga sont les ”Yoga Sutra” de Patanjali. Il s’agit d’un ensemble de près de 200 aphorismes qui décrivent les buts, la philosophie et la structure du Yoga. Ils évoquent une voie d’émancipation à laquelle chacun peut accéder au moyen d’une discipline de vie stricte, plutôt,ascétique, faite d’interdits, de préconisations, et d'une pratique physique et méditative assidue.

Ces textes seront enfin complétés d’écrits plus mystiques (l’ésotérisme du tantra, vers 1 000 ap.JC) ou liés à la religion Sikh (Siri Guru Granth Sahib, XVème-XVIIIème siècle ap.JC).

 

  • Mais encore… qu’est-ce que le Yoga exactement ?

Il est souvent expliqué que le terme Yoga vient du sanskrit ”Youg” (”assembler”/”unir”), ce qui ne nous éclaire pas obligatoirement beaucoup plus. Se relier à quoi, exactement ?

Disons qu’il s’agit: 

- d’une méthode pour calmer, contrôler et élargir notre mental, de sorte que nous puissions développer notre intuition et soyons apte à discerner ce qui est important pour nous et à nous adapter aux changements constants de la vie;

- d’une ”aventure de la conscience” (Yogi Bhajan) pour nous relier à plus grand que nous.L’objectif est de trouver (et nous fier) le (au) témoin qui, en nous, est à l’image de l’énergie fondamentale neutre et silencieuse de l’univers et guidera nos actions dans le meilleur sens, c’est-à-dire pour le bien de tous. Pour cela il nous faudra raffiner notre mental, c’est-à-dire l’épurer des fausses identifications et des attachements, pour le mettre au service de la conscience pure ou Soi essentiel (appelé "Atman", le témoin en question). Nous devrons déchirer le voile des illusions, nous libérer des attachements que nos sens génèrent, dépasser notre ego, nos habitudes, nos fausses croyances. Or, notre mental a tendance à fonctionner de façon automatique et il est difficile à dompter par la seule volonté. Seule l’atteinte d’un ”point de quiétude” le permet. C’est ce que la pratique du Yoga doit nous permettre d’atteindre.

Bref, il s’agit d’une sorte de voyage initiatique à l’intérieur de nous-même, qui est en même temps le meilleur chemin vers notre prochain et vers le grand tout. Vaste programme que ce dépassement de la condition humaine, déchiré(e)s que nous sommes par la finitude, les malheurs et les frustrations du quotidien…mais en même temps le plus beau projet de vie que l’on puisse élaborer pour soi mais aussi et surtout pour nos proches et la communauté humaine, non ? Et chacun(e) a en soi les ressources pour le faire; la puissance est en nous et nous l’ignorions …

 

Et le Kundalini Yoga ? 

Yogi Bhajan (1929-2004), le sage de religion Sikh qui a diffusé cette pratique en Occident dans les années 60, souligne que ”la connaissance intellectuelle ne tient ni ne soutient” et qu’il faut avant tout l’éprouver, l’expérimenter, pour qu’elle devienne sagesse. Il présente le Kundalini Yoga comme une ”technique pour éveiller la conscience et la développer”.

Concrètement il s’agit de séries d’exercices (appelées "Kriya" pour ”action”) physiques (posturaux et respiratoires) autant que méditatifs (chants de "mantra" et autres techniques méditatives) qui ont pour but de libérer une force que l'on dit lovée au bas de notre colonne vertébrale (la fameuse "Kundalini"), laquelle nous utilisons ensuite pour libérer des canaux ("nadi") et centres d’énergie ("chakra"). Ces exercices créent un équilibre physiologique particulier, mais aussi un état de flux qui engage entièrement et génère une sensation d’unité et de puissance. Il s’établit un lien particulier entre corps et esprit, entre conscient et inconscient, entre soi et Soi. Nous bénéficions alors d’un meilleur discernement et cultivons le grand pouvoir d’auto-guérison de l’organisme. 

Pour Yogi Bhajan, le corps est un tout énergétique vibrant mais aussi un équilibre géométrique, et il qualifie le Kundalini Yoga de ”science des angles”. Les "Kriya" reposent sur des séries d’exercices précis qui stimulent des zones particulières du corps, reposent sur des alternances de mise en tension et de relaxation musculaire, dessinant ainsi des architectures posturales particulières. Le vocabulaire de base est celui des postures classiques du Yoga (les ”asana”) mais elles sont pratiquées de façon dynamique et agrémentées d’exercices spécifiques que seul le Kundalini Yoga enseigne. 

Le Kundalini Yoga est un Yoga très puissant, exigeant physiquement autant que mentalement, qui nécessite de la persévérance, comme toute école de Yoga, mais aussi une forme de courage et de dépassement de soi tant la gestuelle indiquée est parfois contre-intuitive, semble non ergonomique  et difficile à tenir. Seule l’expérience enseigne. Autant de fois nous expérimentons les effets de ces "kriya", à savoir l’impression d’un nettoyage et d’un épuisement bienfaisant mêlée d’un sentiment de puissance et d’apaisement profond, autant s’enracine en nous l’idée qu’il nous faudra revivre la pratique. Alors notre révolte s’éteint, et nous acceptons la règle telle qu’elle se présente puisque nous en connaissons désormais les effets. 

 

Faut-il être croyant pour le comprendre et le pratiquer ?

Les textes fondateurs de l'hindouisme, commentés par les différentes écoles philosophiques ("darshana"), présentent des doctrines selon les cas théistes ou polythéistes. Le Yoga est pour sa part proche de l'école philosophique du "Samkhya" (l'école dite du dénombrement), qui distingue trois réalités éternelles (l'espace, l'intelligence et la nature) mais est athée (il n'existe pas de Créateur). Enfin sur ces textes sacrés se superpose tout le foisonnement de la mythologie hindoue, riche en "dieux" de toutes sortes. Il nous est difficiles, à nous occidentaux, non spécialistes le plus souvent, de nous y retrouver. Acceptons donc notre ignorance et sans prétention investissons de nos croyances personnelles cette pratique. Et rappelons-nous aussi que notre vie est toute emplie de rassurants rituels de tous ordres. Si nous sommes croyants nous invoquerons dans notre pratique un principe transcendant et immanent. Si nous sommes athées, nous y mettrons notre spiritualité. 

Rappelons à ce sujet que la spiritualité n’est pas la religion. Tout être humain a besoin d'une vie spirituelle, qu’il soit athée ou croyant. La spiritualité n'est pas une doctrine mais une dimension de la condition humaine, c'est ”simplement” la vie de l’esprit. De même, la méditation n’est pas une prière. Alors que cette dernière se fait avec des mots, s’adresse à quelqu’un, à qui on demande quelque chose, la méditation se passe pour sa part de mots, ne s’adresse à personne, et n’espère rien. C’est comme une oraison de quiétude, mais libérée de toute foi, de tout dogme, de toute religion (André Comte-Sponville - Dictionnaire philosophique). Pour reprendre les mots de Christophe André, la spiritualité ne se comprend pas, elle s’éprouve; elle ne s'explique pas, elle se vit…Il s’agit d’appartenir plus que de posséder, d’abandon plus que de maîtrise, de curiosité pour le ressenti de la contemplation.

 

Le Yoga ne prescrit jamais, il propose. Le Kundalini Yoga ne déroge pas à la règle. Par ailleurs, bien que son origine soit liée à la religion Sikh, il ne se relie à aucune religion ni à aucune école philosophique spécifique.Yogi Bhajan l'a d'ailleurs présenté à l'Occident comme une "technologie".

L'enseignant(e) de Kundalini Yoga ne pratique pas de prosélytisme. Il/elle est tenu par un code d'éthique, dont l'article 4 indique que l'"enseignant se montre sensible aux valeurs morales, sociales et religieuses des élèves, et évite d'imposer ses croyances personnelles aux autres". Les enseignant(e)s de notre association respectent également le code d'éthique et de déontologie des enseignants de lAssociation Belge des Enseignants et des Pratiquants de Yoga (A.B.E.P.Y.), qui indique de son côté que l'enseignant(e) "exprime ses idées yoguiques à travers ses cours sans chercher à les imposer et ce dans le respect maximum de l’autre".

 

Finalement, l'enseignant(e) présente, met à disposition et transmet ce qu'il/elle sait et du mieux qu'il/elle le peut, du savoir et des pratiques, dont chacun peut ou non se saisir. Le Kundalini Yoga est une possibilité qui s’offre à vous. A vous de venir expérimenter en toute liberté, de mettre ce que vous voulez dans la notion de ”plus grand que nous”, d’adopter cette voie de croissance personnelle ou bien de choisir d’autres chemins qui vous ressembleront mieux. La porte de l’association vous est ouverte, et accueille chacun(e) avec tolérance et bienveillance. Les statuts de l’asbl, mais aussi sa Charte éthique ainsi que les chartes éthiques de l’A.B.E.P.Y et de l’International Kundalini Yoga Teachers Association (IKYTA) que nos enseignant(e)s se sont engagés à respecter sont autant de garanties offertes à nos adhérent(e)s et élèves.

"Un prédicateur transmet une philosophie

Un professeur transmet une expérience." Yogi Bhajan